,

Scientific American : Slaking the World’s Thirst with Seawater Dumps Toxic Brine in Oceans

< 1

minutes de lecture

L’augmentation de la population et la raréfaction des réserves d’eau ont poussé de nombreux pays, comme le Moyen-Orient, l’Australie, la Californie et la Chine, à se tourner vers les océans et les autres eaux salées comme source d’eau potable. Mais les usines de dessalement sont énergivores et produisent un déchet potentiellement nocif pour l’environnement appelé « boues » (composées de sel concentré et de résidus chimiques), qui sont rejetées dans l’océan, injectées sous terre ou répandues sur terre.

Malgré les risques écologiques, « il n’y avait pas d’évaluation complète des boues, notamment sur leur quantité produite », déclare Manzoor Qadir, directeur adjoint de l’Institut de l’UNESCO sur l’eau, l’environnement et la santé. Il et ses collègues ont donc calculé cette quantité et ont découvert qu’elle était supérieure de 50 % à l’estimation approximative précédemment avancée par l’industrie du dessalement. En effet, cela suffirait pour couvrir la Floride de 30 cm de boues chaque année.

Tribune

Latest news & press

La clé pour résoudre la Crise Mondiale de l’Eau, selon Elon Musk

Hommage à Pompidou : 2 Avril 1974 – 2 Avril 2024

Seawards ambitionne de dessaler de l’eau de mer grâce au froid

Vers l’abondance…

Seawards invente une techno de dessalement de l’eau de mer par cryo-séparation

Alternatives : des start-ups françaises dans la course